Réunion entre Epidor et Navidor

Compte rendu de la visite de Messieurs Roland Thieleke et Frédéric Ehrhardt, respectivement directeur adjoint et chargé de mission d’Epidor à Paul Tahar, président de Navidor le 16 novembre 2017.

Au cours de ce cordial entretien, il a été notamment débattu des questions les plus sensibles que se posent les navigateurs, professionnels et plaisanciers et autres usagers des rivières Dordogne et  Isle, représentés par Navidor, tous soucieux d'une bonne gestion de la rivière et par voie de conséquence de son avenir :

  • Il a été souligné que le souci majeur de tous concerne l’éventualité d’un déclassement de la partie de la rivière classée voie navigable, qui aurait des conséquences, non seulement sur les obligations d’entretien dévolues aux voies navigables par rapport à celles qui ne sont pas classées comme telles, mais affecterait également directement les usagers.
    En effet, outre le fait que la navigation y deviendrait plus dangereuse à cause du déplacement des troncs d’arbres etc. dérivant librement, d’autres problèmes surgiraient. Comme ceux liés à la dégradation des coques et à l’augmentation des primes d’assurance.
    ‘’L’assureur responsabilité civile’’ serait en droit, constatant une modification patente du contrat liée à l'évolution du risque, d’augmenter la prime en conséquence.
    ‘’L’assureur dommages’’ considérant l'aggravation du risque, pratiquerait de même. Souvent c’est d’ailleurs un seul assureur qui couvre les mêmes risques…
  • De façon à toujours faire entendre sa voix Navidor a marqué son souhait d’être reconnu par Epidor comme un interlocuteur important, représentant les usagers des deux rivières pour ce qui concerne le domaine navigable (comme il l’était auparavant avec VNF), d’où : plus de rencontres, d’échanges par mail ou téléphone.
  • Il a été marqué le souhait de voir le gestionnaire user de diplomatie avec les riverains : par exemple en n’indiquant pas qu’à l’issue de travaux de coupe d’arbres, ses agents contrôleraient le travail effectué afin de s’assurer que les préconisations ont bien été respectées. Une vérification sur site pourrait être faite de manière informelle. Cela ne concerne pas les remises en état du domaine.
  • Le souhait qu’Epidor informe en amont Navidor des interventions du bateau « Coulobre »  sur la Dordogne ou l’Isle afin que les utilisateurs puissent signaler les sites qui leur paraissent dangereux.
  • Les parties ont marqué leur souhait d’une communication entre elles  plus importante et régulière sur la rivière sous forme de lettres d’infos et fiches pratiques par exemple : Navidor pourra assurer un relais de l’information.
  • Epidor a proposé de mettre à disposition de Navidor, sous forme de prêts des photos ou, autres supports qui pourraient être exposés lors de manifestations auxquelles Epidor ne pourrait pas participer.

Projet :

Navidor souhaite organiser au printemps 2018 (juin), un festival autour de la rivière et du vin avec un grand rassemblement de bateaux. Cette manifestation pourrait attirer beaucoup de monde sur les rives et sur la rivière. La manifestation commencerait à Blaye, (qui sera prochainement contactée ainsi que les autres communes riveraines entre Blaye et Libourne), en remontant jusqu’à Sainte-Foy et plus loin si possible, mais pas pour tous les bateaux évidemment. Elle durerait 4 jours.

Navidor a proposé qu’Epidor puisse présenter une animation/stand pendant la manifestation.

Le conseil de développement du Libournais, auquel Navidor adhère, représenté par son président Paul Tahar, souhaite développer l’œnotourisme via la voie d’eau. Il s’agit de favoriser la remontée de bateaux adaptés jusqu’à la Dordogne via l’estuaire depuis le canal du midi avec des « capitaines expérimentés » en développant des infrastructures permettant de les accueillir sachant que les viticulteurs seraient prêts à assurer le transport de ses touristes depuis les points de débarquement.