Le cobaturage, c'est quoi exactement ?

Capitaine   Co-navigation, location de bateaux entre particuliers etc.    

On connaissait les annonces du type : Skipper ou simple équipier à la recherche d'un embarquement - propriétaire d'un bateau à la recherche d'un équipage, ou - plaisancier à la recherche d'un simple équipier pour des sorties en mer - profitez des petites annonces gratuites de tel ou tel site…

Le principe est simple : il y a d’un côté ceux qui possèdent un bateau et proposent d’accueillir des marins en herbe ou confirmés, ne possédant pas de bateau, et de l’autre les terriens qui souhaitent prendre le large.

Les propositions d’embarquement sont très variées, tant pour la destination et le programme que dans les conditions d’accueil. Certains vous invitent à les rejoindre pour quelques jours en Méditerranée, d’autres cherchent des bras solides pour traverser l’océan pendant plusieurs semaines.

À voile ou à moteur ?

Avec ou sans voile, chacun son choix !

La voile c’est une sensation de liberté, un total dépaysement, de la glisse à l’état pur, la possibilité de mouiller dans des criques calmes où la communication avec la nature est unique.

Des couchers et levés de soleil remarquables en couleurs, des eaux translucides passant du vert émeraude au bleu foncé en quelques milles.

Le bateau moteur, plus rapide permet des virées de quelques heures, les accrocs à la vitesse y trouveront des sensations nouvelles, inconnues dans la pratique des engins terrestres. Ils sauront aussi s'émerveiller de magnifiques couchers de soleil...

Les voies navigables intérieures leurs seront plus facilement accessibles, fleuves, rivières et canaux, ouvrent à des paysages uniques, aux rencontrent avec pêcheurs, navigateurs et terriens de tous horizons.

Maintenant le cobaturage

On pourrait dire que le cobaturage c'est : mettre en relation les plaisanciers et les personnes désirant profiter d'un trajet maritime, dans une démarche solidaire et durable.

Rendre la plaisance accessible à tous, créer des rencontres et naviguer aussi souvent que possible. Cette pratique était déjà très connue des régatiers : skippers et équipiers se rencontrant très souvent pour la première fois sur les pontons de départ de course.

Aujourd’hui des sites proposent des transports d’'île en île, de port en port...

Trouver des équipiers, faire du cobaturage, c’est aussi l'occasion de créer des rencontres et de naviguer plus souvent ; la plaisance devient ainsi accessible à tous. Le principe est simple et gratuit : les plaisanciers mettent à disposition des places dans leur bateau pour ceux qui cherchent une traversée.

Mais, quand cela devient une offre complémentaire aux transports existants, au travers d’un site s'apparentant à une plate-forme d'échanges, cela commence à en gêner certains qui y voient une concurrence déloyale.

L’organisation structurée de petites annonces classées par zone de navigation, à partir d'une carte, fait réagir, des questions sont posées :


Est-il légal de louer son bateau entre particuliers ou de le proposer à la nuit, à la manière d'une chambre d'hôtel ? Quelles sont les implications juridiques d'un service de co-baturage, en cas d'accident ou par rapport à une délégation de service public exploitant des lignes régulières ?

Et voilà c’est parti !

Sont maintenant dénoncés le détournement du terme de co-navigation et son dévoiement, par des services proposant notamment de la location de bateaux entre particuliers avec ou sans skippers, à leurs yeux cela constitue une concurrence déloyale aux sociétés de location et aux skippers professionnels.

Une situation qui brouille le sens même du concept de co-navigation dans l'esprit du public, alors qu’à l’origine, il s’agissait de partager le plaisir de la navigation avec un équipage.

La bourse aux équipiers c’était clair et sain, personne n’y trouvait rien à redire.

Si le cobaturage devient polémique, c’est que les valeurs semblent avoir changées. On parle argent, là où l’on entendait que plaisir !

Les propriétaires font des calculs d’amortissement qu’ils entendent faire supporter pour partie par les coéquipiers.

Du cobaturage on passerait donc à une économie parallèle, tentant de contourner la législation ! C’est du moins comme cela que certains le ressentent, professionnels ou simples plaisanciers !

Pour d’autres qui en tireront aussi bénéfice, la question légale se pose, celle des assurances aussi et ils s’embarquent vers la proposition de stages etc., qui devraient vous éclairer, même sur ce qui n'existe pas et n'existera peut-être jamais. On ne peut s'inquiéter d'une législation à venir, alors que tout est déjà en place. 

Je fais donc appel au bon sens de chacun, mais si des questions demeurent, j'y répondrais...

Reste le cadre associatif, dans lequel peut rentrer le cobaturage, les annonces pourraient aussi être gérées par ces sites associatifs.

Rien de compliqué, en somme.

Les valeurs redevenues saines : Plus de polémique.