À Branne, une association bien décidée à ranimer la rivière.

 

Paul Tahar a rencontré Brigitte Blanc présidente de l’ A.D.D.I.C.T.
(A la Découverte de la Dordogne et Initiatives culturelles du territoire)

Dans le cadre de l’objet de Navidor qui est de promouvoir la navigation sur la Dordogne pour les loisirs : pêche, tourisme fluvial, sports nautiques, Paul Tahar et Brigitte Blanc se sont fait part de leurs souhaits les plus chers qui, sont de revoir des bateaux sillonner la Dordogne.

 

Si, évidemment nous ne nous attendons pas à voir des gabarres atterrir à Branne pour charger des barriques de vin, nous ne pouvons-nous empêcher de rêver à cette époque faste de la rivière Dordogne et force est de constater que celle-ci est de plus en plus abandonnée des navigateurs, entre autres des pêcheurs qui n’y trouvent certainement plus leur compte, le poisson se faisant trop discret.

Du côté de la plaisance, le constat est tout aussi peu réjouissant, quelques bateaux s’aventurent pourtant jusqu’à Branne, qui est souvent l’issue de leur voyage ; les conditions de navigation découlant du manque d’entretien du lit de la rivière les contraignent à la prudence.

Chaque année pourtant deux à trois navires remontent jusqu’à Castillon la Bataille. En début d’année, un Suisse s’est ainsi aventuré jusqu’à Pessac sur Dordogne.

Brigitte Blanc rappelle de son côté qu’il y a quelques années, une entreprise privée avait amarré un bateau au ponton de Branne. Elle avait mis à sa carte des sorties scolaires, des sorties à thème, le louait à des particuliers pour des soirées privées, à des propriétaires viticulteurs. Mais le tirant d’eau trop important ne permettait que des sorties programmées en fonction des marées ; la rentabilité s’en trouvait ainsi limitée.

C’est donc à cause de difficultés financières que cette entreprise n’a pu continuer ses activités brannaises.

Aujourd’hui l’association souhaite trouver un nouvel armateur qui s’installerait à Branne durant la belle saison et  organiserait lui-même la promotion de diverses activités sur l’eau.

Cet entrepreneur pourrait lier des partenariats avec divers acteurs de la rivière et entreprises de la région.

 

Navidor œuvrera bien évidemment à la recherche d’un tel acteur qui aurait un bateau de moindre dimension permettant des sorties beaucoup plus fréquentes, gage de trouver la rentabilité souhaitée.

 

A suivre...