Entretien de la rivière

Capitaine  Nos derniers billets ont suscité de nombreuses réactions. Consternation pour certains, interrogations pour d'autres et   pour tous  demande d'entretien et de remise à niveau pour la navigabilité.

L'abandon de l'entretien ne saurait se justifier par ‘’laisser faire la nature’’. Ce laisser faire est synonyme de laisser courir, un prétexte pour ne rien faire. N’est-ce pas l'homme qui a barré la rivière, modifiant son débit, ce qui a conduit à un façonnage qui n’est pas celui de la nature. De ce constat, il ressort que la rivière ne fait plus ce qu’elle veut mais, qu’entravée, accidentée, en répercussion de ce qui lui a été imposé en amont, elle roule galets. D'où des zones encombrées, où la navigation devient difficile, voire dangereuse. Il en résulte qu’il faut palier à ces entraves à la bonne marche de la rivière, en lui redonnant un semblant de vie naturelle par un entretien normal et régulier de ses berges, mais aussi de son lit, ce qui lui permettra de recevoir en toute normalité ceux qui la pratique, pour le sport, les loisirs, le travail et le tourisme.

L’entretien de la rivière ressort de la responsabilité du gestionnaire, c’est à lui de satisfaire à ses obligations.

C’est pour atteindre ce but, lui faire respecter ses engagements, que nous nous sommes insurgés contre l’abandon de cet entretien constamment dénoncé dans nos pages et que nous ferons tout pour y arriver.

Rappelons que la Dordogne est une voie navigable

Selon la définition donnée par ‘’Eau France’’ le service public d’information sur l’eau, une voie navigable est un fleuve, une rivière, ou un canal aménagé, équipé et ouvert à la circulation et au transport fluvial.

La Dordogne est navigable surtout en aval de Libourne, puis classée en voie navigable jusqu'à l'aval de Bergerac.

pollution de la rivière Dordogne Petit Chartron gabariers pêcheurs et autres navigateurs plaisanciers Blog des navigateurs sur la Dordogne

Ajouter un commentaire